Bonnes pratiques – Quartier résidentiel

S’il y a un espace particulièrement important pour le jeu des enfants, c’est bien l’environnement immédiat de leur domicile. Les rues de quartiers résidentiels sont des espaces de jeu et de rencontre sociale par excellence. Les enfants ont besoin, pour leur développement physique et social, de séjourner, jouer et d’être en contact avec leurs copains devant chez eux, sans que la surveillance de leurs parents soit nécessaire.

Historiquement, le statut de zone résidentielle mettait en avant cette fonction essentielle de l’espace-rue. Ce régime a aujourd’hui été remplacé par celui de zone de rencontre. La procédure a été simplifiée, et les limitations liées à la grandeur de la zone ou au volume de trafic abandonnées.

Les zones dévolues au jeu doivent être aménagées de manière à éviter le danger que représente la circulation des véhicules. Cela implique en particulier de prévoir des certains espaces sans stationnement automobiles.
Retrouvez par ailleurs la liste de tous les quartiers résidentiels aménagés en zone de rencontres ici.

Genève, Ouches-Camille-Martin

Cette zone de rencontre, de même qu’une zone 30, ont été souhaitées pour accompagner l’implantation d’un nouveau centre scolaire dans un quartier d’habitation à Genève (environ 186’000 habitants). Ces aménagements permettent de sécuriser les itinéraires scolaires en supprimant le trafic de transit. Le projet a la particularité d’avoir été sollicité par les parents d’élèves, qui ont été intégré dans le processus de planification.  Les deux rues de desserte, le chemin des Ouches et la Rue Camille Martin, composent cette zone de rencontre aménagée à niveau avec un revêtement en bitume scintiflex (morceaux de miroir intégrés), des potelets de protection et anti-parcage sauvage, quelques bancs, quelques arbres plantés ou des bacs d’orangerie, des plates-bandes et des marques vertes peintes au sol pour casser la linéarité de la voirie.

Cette zone de rencontre, de même qu’une zone 30, ont été souhaitées pour accompagner l’implantation d’un nouveau centre scolaire dans un quartier d’habitation à Genève (environ 186’000 habitants). Ces aménagements permettent de sécuriser les itinéraires scolaires en supprimant le trafic de transit. Le projet a la particularité d’avoir été sollicité par les parents d’élèves, qui ont été intégré dans le processus de planification.  Les deux rues de desserte, le chemin des Ouches et la Rue Camille Martin, composent cette zone de rencontre aménagée à niveau avec un revêtement en bitume scintiflex (morceaux de miroir intégrés), des potelets de protection et anti-parcage sauvage, quelques bancs, quelques arbres plantés ou des bacs d’orangerie, des plates-bandes et des marques vertes peintes au sol pour casser la linéarité de la voirie.



Schlieren, Sägestrasse

La Sägestrasse est une ancienne rue villageoise du centre historique de Schlieren. Selon le concept de développement urbain de 2004, elle fait partie d’un axe Nord-Sud caractérisé par d’importants déplacements locaux. Son haut potentiel devait être pris en compte en valorisant les modes doux et l’espace public. Grâce à la transformation de la rue, la Sägerstrasse, autrefois en mauvais état, est devenue un lieu attractif pour la population locale où l’on aime flâner et séjourner. La mobilité douce a ainsi été encouragée et le trafic individuel motorisé diminué. La zone de rencontre de la Sägestrasse à Schlieren (env. 16’000 habitants) a été achevée en mai 2008. Le coût total de ce projet s’élève à CHF 1’103’400.-, dont CHF 192’600.- pour l’aménagement de la route.

La Sägestrasse est une ancienne rue villageoise du centre historique de Schlieren. Selon le concept de développement urbain de 2004, elle fait partie d’un axe Nord-Sud caractérisé par d’importants déplacements locaux. Son haut potentiel devait être pris en compte en valorisant les modes doux et l’espace public. Grâce à la transformation de la rue, la Sägerstrasse, autrefois en mauvais état, est devenue un lieu attractif pour la population locale où l’on aime flâner et séjourner. La mobilité douce a ainsi été encouragée et le trafic individuel motorisé diminué. La zone de rencontre de la Sägestrasse à Schlieren (env. 16’000 habitants) a été achevée en mai 2008. Le coût total de ce projet s’élève à CHF 1’103’400.-, dont CHF 192’600.- pour l’aménagement de la route.



Zürich, Bullingerplatz

Suite à l’ouverture du nouveau tronçon autoroutier, les anciens axes de transit de la West-/Sihlfeld-/Bullingerstrasse ont été transformés. Un des éléments clés des mesures d’accompagnement a été le réaménagement de la Bullingerplatzes. Cette dernière, transformée en zone de rencontre, est aujourd’hui un véritable lieu de vie.  

Suite à l’ouverture du nouveau tronçon autoroutier, les anciens axes de transit de la West-/Sihlfeld-/Bullingerstrasse ont été transformés. Un des éléments clés des mesures d’accompagnement a été le réaménagement de la Bullingerplatzes. Cette dernière, transformée en zone de rencontre, est aujourd’hui un véritable lieu de vie.  



Zürich, Lerchenberg

L’espace routier du quartier d’habitation des années 60 était aménagé pour la séparation du trafic, avec les problèmes qui en découlent. Pour des raisons financières, une toute nouvelle conception basée sur le principe de la mixité était impossible. C’est pourquoi, le maître d’ouvrage privé (Baugenossenschaft Hagenbrünneli) a misé sur un réaménagement modeste, simple et garantissant une bonne visibilité. Grâce à cela, le quartier est devenu plus agréable et plus sûr pour la mobilité douce. Le modèle est applicable à d’autres quartiers d’habitation construits ces dernières décennies et « conçus avant tout pour la voiture”. La zone de rencontre Lerchenberg a reçu un prix du Flâneur d’Or 2004.

L’espace routier du quartier d’habitation des années 60 était aménagé pour la séparation du trafic, avec les problèmes qui en découlent. Pour des raisons financières, une toute nouvelle conception basée sur le principe de la mixité était impossible. C’est pourquoi, le maître d’ouvrage privé (Baugenossenschaft Hagenbrünneli) a misé sur un réaménagement modeste, simple et garantissant une bonne visibilité. Grâce à cela, le quartier est devenu plus agréable et plus sûr pour la mobilité douce. Le modèle est applicable à d’autres quartiers d’habitation construits ces dernières décennies et « conçus avant tout pour la voiture”. La zone de rencontre Lerchenberg a reçu un prix du Flâneur d’Or 2004.



Top