Bonnes pratiques

Parmi les nombreuses zones de rencontre de Suisse, Mobilité piétonne Suisse a retenu une sélection de bonnes pratiques dans toutes les régions linguistiques du pays.
Afin d’illustrer la diversité des contextes qui se prêtent à l’aménagement de zone de rencontre, cette sélection d’exemples documente en détail des zones de rencontre situées dans les espaces caractérisées par les éléments suivants :
vielle ville
place de gare
commerce
école
quartier résidentiel

Bern, Turnweg

La zone de rencontre relie le bâtiment scolaire à une place de jeux publique. Un maillage, avec des bandes de peintures colorées qui représentent les trajectoires des élèves ainsi que des sièges habillent la place en débordant du périmètre scolaire. La municipalité a souhaité, avec cet aménagement, en finir avec les conflits qui duraient depuis 10 ans au sujet de la fermeture ou non de ce tronçon de route au trafic motorisé. Résumé historique de l’idée de départ à la réalisation Phase de construction et planification La demande de fermeture de la route au trafic motorisé pour l’agrandissement de la cour de récréation a été lancée avec la rénovation de l’établissement scolaire incluant la construction de vestiaires dans la salle de sport en 2006/07. Les 10 ans d’opposition de la part de l’association des commerçants du quartier et des petites entreprises nécessitait de trouver une nouvelle solution. Pour éviter une procédure de recours trop longue, un avant-projet pour une zone de rencontre a été travaillé en 2008 et une discussion a été menée avec les parties concernées en début 2009. Malgré le mécontentement des partisans à la fermeture totale de la route, la zone de rencontre a pu être réalisée

La zone de rencontre relie le bâtiment scolaire à une place de jeux publique. Un maillage, avec des bandes de peintures colorées qui représentent les trajectoires des élèves ainsi que des sièges habillent la place en débordant du périmètre scolaire. La municipalité a souhaité, avec cet aménagement, en finir avec les conflits qui duraient depuis 10 ans au sujet de la fermeture ou non de ce tronçon de route au trafic motorisé. Résumé historique de l’idée de départ à la réalisation Phase de construction et planification La demande de fermeture de la route au trafic motorisé pour l’agrandissement de la cour de récréation a été lancée avec la rénovation de l’établissement scolaire incluant la construction de vestiaires dans la salle de sport en 2006/07. Les 10 ans d’opposition de la part de l’association des commerçants du quartier et des petites entreprises nécessitait de trouver une nouvelle solution. Pour éviter une procédure de recours trop longue, un avant-projet pour une zone de rencontre a été travaillé en 2008 et une discussion a été menée avec les parties concernées en début 2009. Malgré le mécontentement des partisans à la fermeture totale de la route, la zone de rencontre a pu être réalisée



Bienne, Place centrale

La place carrée est revêtue d’asphalte beige clair et délimitée par une large bande à béton. Elle a été dimensionnée avec générosité et donne une impression de former un tout bien compréhensible. Cet effet  est renforcé par le mobilier, auquel il est fait recours avec parcimonie : éléments végétaux mobiles, fontaine historique, quelques bancs, l’arrêt de tram historique et la grande horloge. De légères déclivités séparent les voies, signalées comme zone de rencontre. L’espace est destiné en premier lieu aux piétons et en partie aussi aux cyclistes. La nuit, la place est éclairée par quatre grands lampadaires sur mat ainsi qu’un éclairage au sol. Le 85% des vitesses mesurées correspond à 24 km/h, ce qui est une valeur acceptable. L’analyse des six contrôles de vitesse effectués montre que 74% des véhicules contrôlés roulaient en dessous de 20 km/h. La place centrale est un point névralgique de Bienne, à la croisée des principaux espaces publics, mais également des principaux axe de déplacements. Elle revêt donc une fonction identitaire forte pour le centre ville. La place s0étend sur 55 m x 70 m est fréquentée par 10’000-12’000 véhicules chaque joue. Les jours ouvrables elle voit passer 5’000-6’000 vélos et 1’200 bus de

La place carrée est revêtue d’asphalte beige clair et délimitée par une large bande à béton. Elle a été dimensionnée avec générosité et donne une impression de former un tout bien compréhensible. Cet effet  est renforcé par le mobilier, auquel il est fait recours avec parcimonie : éléments végétaux mobiles, fontaine historique, quelques bancs, l’arrêt de tram historique et la grande horloge. De légères déclivités séparent les voies, signalées comme zone de rencontre. L’espace est destiné en premier lieu aux piétons et en partie aussi aux cyclistes. La nuit, la place est éclairée par quatre grands lampadaires sur mat ainsi qu’un éclairage au sol. Le 85% des vitesses mesurées correspond à 24 km/h, ce qui est une valeur acceptable. L’analyse des six contrôles de vitesse effectués montre que 74% des véhicules contrôlés roulaient en dessous de 20 km/h. La place centrale est un point névralgique de Bienne, à la croisée des principaux espaces publics, mais également des principaux axe de déplacements. Elle revêt donc une fonction identitaire forte pour le centre ville. La place s0étend sur 55 m x 70 m est fréquentée par 10’000-12’000 véhicules chaque joue. Les jours ouvrables elle voit passer 5’000-6’000 vélos et 1’200 bus de



Bremgarten bei Bern, centre-ville

Avec l’aménagement d’une zone de rencontre à la Kalchackerstrasse, d’une part la rue a été assainie et en même temps le centre revalorisé. La Kalchackerstrasse assume une fonction centrale. Sur un espace étroit, divers droits d’utilisation se superposent, comme le chemin de l’école, le shopping et la desserte du bus. La grande surface de chaussée était essentiellement réservée au trafic, c’était donc l’occasion d’un renouvellement. Ainsi le canton de Berne, en collaboration étroite avec la commune de Bremgarten, a cherché une solution, qui prenne en compte les divers besoins et souligne le caractère central du lieu. Avec la création de la zone de rencontre, une cohabitation agréable et sécurisée entre les divers usagers de la route, est possible. La qualité de vie est améliorée grâce à la diminution du bruit et des émissions polluantes. De plus, l’attrait économique du lieu est réhaussé grâce à une plus forte importance accordée aux bâtiments d’habitation et commerciaux par rapport à la fonction de circulation. Enfin, la zone de rencontre soutient encore le développement du centre du village et contribue à sa valorisation générale. Source, littérature, publication Wecker August 07; Bauphasen 2008 http://www.bremgarten-be.ch/www/90.php?page=99&id=705 Distinction du Flâneur d’Or 2008 

Avec l’aménagement d’une zone de rencontre à la Kalchackerstrasse, d’une part la rue a été assainie et en même temps le centre revalorisé. La Kalchackerstrasse assume une fonction centrale. Sur un espace étroit, divers droits d’utilisation se superposent, comme le chemin de l’école, le shopping et la desserte du bus. La grande surface de chaussée était essentiellement réservée au trafic, c’était donc l’occasion d’un renouvellement. Ainsi le canton de Berne, en collaboration étroite avec la commune de Bremgarten, a cherché une solution, qui prenne en compte les divers besoins et souligne le caractère central du lieu. Avec la création de la zone de rencontre, une cohabitation agréable et sécurisée entre les divers usagers de la route, est possible. La qualité de vie est améliorée grâce à la diminution du bruit et des émissions polluantes. De plus, l’attrait économique du lieu est réhaussé grâce à une plus forte importance accordée aux bâtiments d’habitation et commerciaux par rapport à la fonction de circulation. Enfin, la zone de rencontre soutient encore le développement du centre du village et contribue à sa valorisation générale. Source, littérature, publication Wecker August 07; Bauphasen 2008 http://www.bremgarten-be.ch/www/90.php?page=99&id=705 Distinction du Flâneur d’Or 2008 



Brugg, Vieille ville

Le nouveau régime de circulation de la vieille ville de Brugg résulte de trois ateliers. Ils ont permis de formuler le souhait d’une « ambiance » spécifique à la vieille ville, dans laquelle les gens affluent pour faire leurs achats, habiter et se détendre. La vieille ville de Brugg se définit ainsi, au-delà des limites de la ville, comme un lieu où il fait bon s’attarder. La zone de rencontre de la vieille ville de Brugg (env. 11’000 habitants) a été achevée en octobre 2004. De nombreux piétons fréquentent cet espace accueillant de nombreuses activités commerciales ainsi que de nombreux logements.

Le nouveau régime de circulation de la vieille ville de Brugg résulte de trois ateliers. Ils ont permis de formuler le souhait d’une « ambiance » spécifique à la vieille ville, dans laquelle les gens affluent pour faire leurs achats, habiter et se détendre. La vieille ville de Brugg se définit ainsi, au-delà des limites de la ville, comme un lieu où il fait bon s’attarder. La zone de rencontre de la vieille ville de Brugg (env. 11’000 habitants) a été achevée en octobre 2004. De nombreux piétons fréquentent cet espace accueillant de nombreuses activités commerciales ainsi que de nombreux logements.



Coire

Mise en œuvre et coûts provisoires (août 07 – novembre 07) En raison de la finalisation des travaux de la place de la gare et la mise en service du parking de la gare, à la fin du mois d’octobre 2007, tout comme de la complexité générale de la gare de Coire, le conseil communal a décidé en août 2007 de la mise en place immédiate d’une zone de rencontre provisoire. Celle-ci comprend la rue sud de la gare, y compris, l’Alexanderplatz, la Bahnofplatz, la partie supérieure de la Alexanderstrasse, la section à l’ouest de la Ottostrasse, la Steinbockstrasse et la Tivolistrasse. Durant la période d’essai d’une année, des aménagements tests ont été effectués, ce qui a permis de choisir les aménagements définitifs de la zone de rencontre et du réaménagement lié à l’assainissement de la Bahnofstrasse, l’Alexanderplatz, la Steinbockstrasse, la Quaderstrasse et la Zeughausstrasse. Particularité : la règle de priorité qui s’appliquait au rond-point de l’Alexanderplatz a été remplacé par celle en vigueur dans les zones de rencontre, soit la priorité de droite. Pour minimiser les coûts de la période d’essai, seul le marquage, la signalisation et de modestes aménagements ont été effectués. Le coût total des travaux revient à

Mise en œuvre et coûts provisoires (août 07 – novembre 07) En raison de la finalisation des travaux de la place de la gare et la mise en service du parking de la gare, à la fin du mois d’octobre 2007, tout comme de la complexité générale de la gare de Coire, le conseil communal a décidé en août 2007 de la mise en place immédiate d’une zone de rencontre provisoire. Celle-ci comprend la rue sud de la gare, y compris, l’Alexanderplatz, la Bahnofplatz, la partie supérieure de la Alexanderstrasse, la section à l’ouest de la Ottostrasse, la Steinbockstrasse et la Tivolistrasse. Durant la période d’essai d’une année, des aménagements tests ont été effectués, ce qui a permis de choisir les aménagements définitifs de la zone de rencontre et du réaménagement lié à l’assainissement de la Bahnofstrasse, l’Alexanderplatz, la Steinbockstrasse, la Quaderstrasse et la Zeughausstrasse. Particularité : la règle de priorité qui s’appliquait au rond-point de l’Alexanderplatz a été remplacé par celle en vigueur dans les zones de rencontre, soit la priorité de droite. Pour minimiser les coûts de la période d’essai, seul le marquage, la signalisation et de modestes aménagements ont été effectués. Le coût total des travaux revient à



Fribourg, Rue Joseph-Piller

Sise au cœur d’un quartier d’habitation, cette zone de rencontre est proche de nombreuses écoles (École professionnelle, Collège St-Michel, Cycle d’orientation du Belluard, Université de Miséricorde, etc.), de la bibliothèque cantonale et universitaire, de la zone de rencontre du Square des Places et des rues piétonnes de Romont et de Lausanne. La chaussée a été restreinte et marquée de lignes transversales ou recouverte d’un revêtement brun afin d’inviter les automobilistes à ralentir. Des places de stationnement pour vélos et des bancs ont également été installés. Il s’agit d’une  des  mesures visant à éviter un report du trafic lié à l’ouverture du pont de la Poya (octobre 2014).

Sise au cœur d’un quartier d’habitation, cette zone de rencontre est proche de nombreuses écoles (École professionnelle, Collège St-Michel, Cycle d’orientation du Belluard, Université de Miséricorde, etc.), de la bibliothèque cantonale et universitaire, de la zone de rencontre du Square des Places et des rues piétonnes de Romont et de Lausanne. La chaussée a été restreinte et marquée de lignes transversales ou recouverte d’un revêtement brun afin d’inviter les automobilistes à ralentir. Des places de stationnement pour vélos et des bancs ont également été installés. Il s’agit d’une  des  mesures visant à éviter un report du trafic lié à l’ouverture du pont de la Poya (octobre 2014).



Genève, Ouches-Camille-Martin

Cette zone de rencontre, de même qu’une zone 30, ont été souhaitées pour accompagner l’implantation d’un nouveau centre scolaire dans un quartier d’habitation à Genève (environ 186’000 habitants). Ces aménagements permettent de sécuriser les itinéraires scolaires en supprimant le trafic de transit. Le projet a la particularité d’avoir été sollicité par les parents d’élèves, qui ont été intégré dans le processus de planification.  Les deux rues de desserte, le chemin des Ouches et la Rue Camille Martin, composent cette zone de rencontre aménagée à niveau avec un revêtement en bitume scintiflex (morceaux de miroir intégrés), des potelets de protection et anti-parcage sauvage, quelques bancs, quelques arbres plantés ou des bacs d’orangerie, des plates-bandes et des marques vertes peintes au sol pour casser la linéarité de la voirie.

Cette zone de rencontre, de même qu’une zone 30, ont été souhaitées pour accompagner l’implantation d’un nouveau centre scolaire dans un quartier d’habitation à Genève (environ 186’000 habitants). Ces aménagements permettent de sécuriser les itinéraires scolaires en supprimant le trafic de transit. Le projet a la particularité d’avoir été sollicité par les parents d’élèves, qui ont été intégré dans le processus de planification.  Les deux rues de desserte, le chemin des Ouches et la Rue Camille Martin, composent cette zone de rencontre aménagée à niveau avec un revêtement en bitume scintiflex (morceaux de miroir intégrés), des potelets de protection et anti-parcage sauvage, quelques bancs, quelques arbres plantés ou des bacs d’orangerie, des plates-bandes et des marques vertes peintes au sol pour casser la linéarité de la voirie.



Genève, Place Simon-Goulart

La Ville de Genève a réaménagé la place Simon-Goulart, longtemps utilisée comme parking, en place piétonne. La rue Vallin, située entre la place et le temple, a été transformée en zone de rencontre. Ce nouvel aménagement de qualité offre un espace de détente agréable à tous les usagers ainsi qu’un parcours sécurisé pour les déplacements doux au sein du quartier. La nouvelle place se présente sous la forme d’un vaste espace libre, à la fois lieu de détente, de rencontre et de jeux, destiné à toutes les générations. Le cœur de la place est souligné par une dalle en béton teinté anthracite, agrémenté d’un bassin-fontaine circulaire en béton blanc. La fontaine ancienne, attachée à la façade de l’un des bâtiments, a été conservée. Le long de la rue des Terreaux-du-Temple, en bordure de la place, une haie végétale semipersistante protège du contact visuel avec la circulation et une longue plateforme en bois accueille des tables et de longues banquettes. Cinq ormes ont été plantés. Un muret en béton, teinté également en anthracite et servant d’assise, borde le côté nord-est de la place. Autour du temple de Saint-Gervais, un parvis a été créé, offrant un dégagement des entrées et restituant une

La Ville de Genève a réaménagé la place Simon-Goulart, longtemps utilisée comme parking, en place piétonne. La rue Vallin, située entre la place et le temple, a été transformée en zone de rencontre. Ce nouvel aménagement de qualité offre un espace de détente agréable à tous les usagers ainsi qu’un parcours sécurisé pour les déplacements doux au sein du quartier. La nouvelle place se présente sous la forme d’un vaste espace libre, à la fois lieu de détente, de rencontre et de jeux, destiné à toutes les générations. Le cœur de la place est souligné par une dalle en béton teinté anthracite, agrémenté d’un bassin-fontaine circulaire en béton blanc. La fontaine ancienne, attachée à la façade de l’un des bâtiments, a été conservée. Le long de la rue des Terreaux-du-Temple, en bordure de la place, une haie végétale semipersistante protège du contact visuel avec la circulation et une longue plateforme en bois accueille des tables et de longues banquettes. Cinq ormes ont été plantés. Un muret en béton, teinté également en anthracite et servant d’assise, borde le côté nord-est de la place. Autour du temple de Saint-Gervais, un parvis a été créé, offrant un dégagement des entrées et restituant une



Giubiasco, Borghetto

A l’occasion du renouvellement des conduites, un réaménagement complet a été effectué. Le projet, élaboré en collaboration avec les commerçants, offre une fontaine et s’inscrit dans le cadre du réaménagement de la Piazza Grande. Photos avant/après Cette place a reçu une distinction au Flâneur d’Or 2004

A l’occasion du renouvellement des conduites, un réaménagement complet a été effectué. Le projet, élaboré en collaboration avec les commerçants, offre une fontaine et s’inscrit dans le cadre du réaménagement de la Piazza Grande. Photos avant/après Cette place a reçu une distinction au Flâneur d’Or 2004



Granges, Centre (Betlach-, Centralstrasse et Kirchgasse)

Lorsque des mesures ont été prises pour décongestionner le centre de Granges (SO), les autorités ont saisi l’opportunité de réaménager des rues du centre en zone de rencontre, revalorisant ainsi le cœur de la vile de Granges. Cet exemple prouve également qu’une zone de rencontre peut fonctionner même avec une charge de trafic de 4’800 véhicules jour. Jusqu’au printemps 2002, 14’200 véhicules traversaient chaque jour le centre de Granges. Une route, parfois à quatre voies, coupait la ville en deux. Traverser la chaussée de plain-pied dans le centre n’était plus possible depuis des années.

Lorsque des mesures ont été prises pour décongestionner le centre de Granges (SO), les autorités ont saisi l’opportunité de réaménager des rues du centre en zone de rencontre, revalorisant ainsi le cœur de la vile de Granges. Cet exemple prouve également qu’une zone de rencontre peut fonctionner même avec une charge de trafic de 4’800 véhicules jour. Jusqu’au printemps 2002, 14’200 véhicules traversaient chaque jour le centre de Granges. Une route, parfois à quatre voies, coupait la ville en deux. Traverser la chaussée de plain-pied dans le centre n’était plus possible depuis des années.



Horgen, Place de la Gare

La zone de rencontre aux alentours de la gare de Horgen a été aménagée pour améliorer l’attractivité de cet espace et le rendre pus accueillant pour les piétons. La zone de rencontre a permis de transformer la Place de la Gare en une interface sûre et protégée entre RER, bus, vélos et voitures. La gare routière est couverte, éclairée et il dispose d’une salle d’attente chauffée. La liaison avec le RER qui s’arrête sur le quai central et les bus, vélos et voitures se fait par une nouvelle passerelle qui donne en même temps accès au lac. L’aménagement de la place se caractérise par son concept de couleurs appliqué à grande échelle. Un geste innovant signé par l’artiste Platino.

La zone de rencontre aux alentours de la gare de Horgen a été aménagée pour améliorer l’attractivité de cet espace et le rendre pus accueillant pour les piétons. La zone de rencontre a permis de transformer la Place de la Gare en une interface sûre et protégée entre RER, bus, vélos et voitures. La gare routière est couverte, éclairée et il dispose d’une salle d’attente chauffée. La liaison avec le RER qui s’arrête sur le quai central et les bus, vélos et voitures se fait par une nouvelle passerelle qui donne en même temps accès au lac. L’aménagement de la place se caractérise par son concept de couleurs appliqué à grande échelle. Un geste innovant signé par l’artiste Platino.



Männedorf, Place de la Gare

Le réaménagent de la place de la Gare de Männerdorf (ZH) en réelle place urbain a pour objectif d’assurer son accessibilité pour tous les usagers. L’aménagement comme la gestion du trafic sont cohérents. La gare routière et la Place de la Gare sont mis en valeur par un revêtement en béton tandis que le sol est asphalté pour les places de stationnement et la chaussée. Les rigoles d’écoulement pour l’eau de pluie marquent la séparation entre ces deux types de surfaces. L’aménagement de la zone de rencontre permet une meilleure interconnection entres tous les modes de transport (marche, vélo, bus, voitures, taxi et RER). La localisation de l’arrêt de bus à proximité immédiate du quai du RER est optimale, elle permet de passer de l’un à l’autre en quelques pas et à l’abri. On rejoint aisément les places de stationnement pour les vélos et les voitures, puisque les piétons ont la priorité sur la place et peuvent donc rejoindre ces emplacements sans détour.

Le réaménagent de la place de la Gare de Männerdorf (ZH) en réelle place urbain a pour objectif d’assurer son accessibilité pour tous les usagers. L’aménagement comme la gestion du trafic sont cohérents. La gare routière et la Place de la Gare sont mis en valeur par un revêtement en béton tandis que le sol est asphalté pour les places de stationnement et la chaussée. Les rigoles d’écoulement pour l’eau de pluie marquent la séparation entre ces deux types de surfaces. L’aménagement de la zone de rencontre permet une meilleure interconnection entres tous les modes de transport (marche, vélo, bus, voitures, taxi et RER). La localisation de l’arrêt de bus à proximité immédiate du quai du RER est optimale, elle permet de passer de l’un à l’autre en quelques pas et à l’abri. On rejoint aisément les places de stationnement pour les vélos et les voitures, puisque les piétons ont la priorité sur la place et peuvent donc rejoindre ces emplacements sans détour.



Manno, Centre du village

De nombreux villages du Tessin, à la structure de bâti traditionnellement dense, ont une qualité urbaine qui nécessite pour s’exprimer un aménagement des rues adéquat. C’est ce qu’on a cherché à faire à Manno, par la rénovation du revêtement. Les espaces publics, rues, ruelles et places ont été refaits très soigneusement, en recourant à des éléments tessinois traditionnels (treilles, fontaines et bancs de pierre). Le stationnement est organisé à l’extérieur du village, pour renforcer la qualité de l’espace et le réserver de préférence aux piétons et à la vie sociale. La zone de rencontre „Zona nucleo“ de Manno (env. 1’300 habitants) a été inaugurée en 2005. Le coût total de ce projet s’élève à CHF 2,5 mios. Elle est située dans le centre historique du village. Les routes y sont étroites et sinueuses.

De nombreux villages du Tessin, à la structure de bâti traditionnellement dense, ont une qualité urbaine qui nécessite pour s’exprimer un aménagement des rues adéquat. C’est ce qu’on a cherché à faire à Manno, par la rénovation du revêtement. Les espaces publics, rues, ruelles et places ont été refaits très soigneusement, en recourant à des éléments tessinois traditionnels (treilles, fontaines et bancs de pierre). Le stationnement est organisé à l’extérieur du village, pour renforcer la qualité de l’espace et le réserver de préférence aux piétons et à la vie sociale. La zone de rencontre „Zona nucleo“ de Manno (env. 1’300 habitants) a été inaugurée en 2005. Le coût total de ce projet s’élève à CHF 2,5 mios. Elle est située dans le centre historique du village. Les routes y sont étroites et sinueuses.



Schlieren, Sägestrasse

La Sägestrasse est une ancienne rue villageoise du centre historique de Schlieren. Selon le concept de développement urbain de 2004, elle fait partie d’un axe Nord-Sud caractérisé par d’importants déplacements locaux. Son haut potentiel devait être pris en compte en valorisant les modes doux et l’espace public. Grâce à la transformation de la rue, la Sägerstrasse, autrefois en mauvais état, est devenue un lieu attractif pour la population locale où l’on aime flâner et séjourner. La mobilité douce a ainsi été encouragée et le trafic individuel motorisé diminué. La zone de rencontre de la Sägestrasse à Schlieren (env. 16’000 habitants) a été achevée en mai 2008. Le coût total de ce projet s’élève à CHF 1’103’400.-, dont CHF 192’600.- pour l’aménagement de la route.

La Sägestrasse est une ancienne rue villageoise du centre historique de Schlieren. Selon le concept de développement urbain de 2004, elle fait partie d’un axe Nord-Sud caractérisé par d’importants déplacements locaux. Son haut potentiel devait être pris en compte en valorisant les modes doux et l’espace public. Grâce à la transformation de la rue, la Sägerstrasse, autrefois en mauvais état, est devenue un lieu attractif pour la population locale où l’on aime flâner et séjourner. La mobilité douce a ainsi été encouragée et le trafic individuel motorisé diminué. La zone de rencontre de la Sägestrasse à Schlieren (env. 16’000 habitants) a été achevée en mai 2008. Le coût total de ce projet s’élève à CHF 1’103’400.-, dont CHF 192’600.- pour l’aménagement de la route.



Sion, Place du Midi

Le réaménagement de la Place du Midi à Sion constitue la première étape d’une série de réaménagements de grande qualité des espaces publics de la capitale valaisanne, dont l’ensemble forme une belle continuité en terme de réseau piéton. Autrefois fortement fréquentée par le trafic automobile, le réaménagement a permis de passer de 12’000 véhicules/ jour à 4’200. Aujourd’hui, il y fait bon flâner, s’asseoir ou faire des achats. Central et animé par de nombreux commerces, l’aménagement en place publique se caractérise par ses terrasses vertes et ombragées et le soin porté au revêtement et au mobilier. Des conditions idéales pour attirer les chalands, qui n’ont pas manqué de donner envies aux commerçants des autres quartiers.

Le réaménagement de la Place du Midi à Sion constitue la première étape d’une série de réaménagements de grande qualité des espaces publics de la capitale valaisanne, dont l’ensemble forme une belle continuité en terme de réseau piéton. Autrefois fortement fréquentée par le trafic automobile, le réaménagement a permis de passer de 12’000 véhicules/ jour à 4’200. Aujourd’hui, il y fait bon flâner, s’asseoir ou faire des achats. Central et animé par de nombreux commerces, l’aménagement en place publique se caractérise par ses terrasses vertes et ombragées et le soin porté au revêtement et au mobilier. Des conditions idéales pour attirer les chalands, qui n’ont pas manqué de donner envies aux commerçants des autres quartiers.



St. Gallen, Bleicheli

Avec la réalisation des multiples locaux administratif, le visage du quartier Bleicheli s’est modifié ces dernières années. Les structures autrefois mélangées ont été redéfinies en bâtiments de grand volume et constituent aujourd’hui – bien que situés entre la vielle ville et le centre Migros – un endroit situé à l’écart, qui avec la création de la zone de rencontre l’a rendu plutôt morne. Par la suite, des solutions ont été cherchées, afin de redonner de la vie. On voulait un projet de l’artiste Pipilotti Rist. Dans son projet audacieux « ville lounge », les espaces publics et privés du quartier Bleichbeli ont été aménagés avec un revêtement rouge, équipés de mobiliers et munis d’un nouveau statut de zone de rencontre.

Avec la réalisation des multiples locaux administratif, le visage du quartier Bleicheli s’est modifié ces dernières années. Les structures autrefois mélangées ont été redéfinies en bâtiments de grand volume et constituent aujourd’hui – bien que situés entre la vielle ville et le centre Migros – un endroit situé à l’écart, qui avec la création de la zone de rencontre l’a rendu plutôt morne. Par la suite, des solutions ont été cherchées, afin de redonner de la vie. On voulait un projet de l’artiste Pipilotti Rist. Dans son projet audacieux « ville lounge », les espaces publics et privés du quartier Bleichbeli ont été aménagés avec un revêtement rouge, équipés de mobiliers et munis d’un nouveau statut de zone de rencontre.



Thayngen, Reckenstrasse

Réalisée après la transformation des bâtiments scolaires de la Reckenstrasse à Thayngen (env. 5’000 habitants), cette zone de rencontre permet aux enfants de se déplacer en toute sécurité. Elle a été achevée en 2002 et a coûté CHF 150’000.-

Réalisée après la transformation des bâtiments scolaires de la Reckenstrasse à Thayngen (env. 5’000 habitants), cette zone de rencontre permet aux enfants de se déplacer en toute sécurité. Elle a été achevée en 2002 et a coûté CHF 150’000.-



Uster, centre-ville

Aménagée en « zone de flânerie » depuis 2006-2007, la Gerichtsstrasse est passée en zone de rencontre au moment du remplacement de ce régime de signalisation en 2009. La rue, à l’époque dominée par les panneaux de signalisation, telles que les interdictions de stationner, a pu être désencombrée afin d’y diminuer encore l’importance de la circulation automobile. La zone 30 existante dans le centre-ville d’Uster, en dehors de la zone de rencontre, est resté inchangée. Depuis plusieurs années, l’objectif de la municipalité d’Uster est de soutenir une culture de la mobilité basée sur le respect mutuel entre les usagers. En 1997, le centre-ville d’Uster s’est vêtu de jaune durant plusieurs semaines. L’action « zone conviviale » (Freundliche Zone) résultait d’une concertation entre la ville d’Uster et l’association des commerçants. « Qui devrait se comporter de façon aimable dans la circulation ? – Tout le monde, avait convenu le groupe de travail. Avec plus d’égards et d’amabilité les uns envers les autres, les usagers de la chaussée devraient contribuer à une culture nouvelle de la mobilité et aider ainsi à répondre aux besoins des différentes personnes qui s’y trouvent de façon équitable. À l’époque, c’était une expérimentation, sans interdiction ni règle qui régissait ce type de fonctionnement,

Aménagée en « zone de flânerie » depuis 2006-2007, la Gerichtsstrasse est passée en zone de rencontre au moment du remplacement de ce régime de signalisation en 2009. La rue, à l’époque dominée par les panneaux de signalisation, telles que les interdictions de stationner, a pu être désencombrée afin d’y diminuer encore l’importance de la circulation automobile. La zone 30 existante dans le centre-ville d’Uster, en dehors de la zone de rencontre, est resté inchangée. Depuis plusieurs années, l’objectif de la municipalité d’Uster est de soutenir une culture de la mobilité basée sur le respect mutuel entre les usagers. En 1997, le centre-ville d’Uster s’est vêtu de jaune durant plusieurs semaines. L’action « zone conviviale » (Freundliche Zone) résultait d’une concertation entre la ville d’Uster et l’association des commerçants. « Qui devrait se comporter de façon aimable dans la circulation ? – Tout le monde, avait convenu le groupe de travail. Avec plus d’égards et d’amabilité les uns envers les autres, les usagers de la chaussée devraient contribuer à une culture nouvelle de la mobilité et aider ainsi à répondre aux besoins des différentes personnes qui s’y trouvent de façon équitable. À l’époque, c’était une expérimentation, sans interdiction ni règle qui régissait ce type de fonctionnement,



Zürich, Bullingerplatz

Suite à l’ouverture du nouveau tronçon autoroutier, les anciens axes de transit de la West-/Sihlfeld-/Bullingerstrasse ont été transformés. Un des éléments clés des mesures d’accompagnement a été le réaménagement de la Bullingerplatzes. Cette dernière, transformée en zone de rencontre, est aujourd’hui un véritable lieu de vie.  

Suite à l’ouverture du nouveau tronçon autoroutier, les anciens axes de transit de la West-/Sihlfeld-/Bullingerstrasse ont été transformés. Un des éléments clés des mesures d’accompagnement a été le réaménagement de la Bullingerplatzes. Cette dernière, transformée en zone de rencontre, est aujourd’hui un véritable lieu de vie.  



Zürich, Lerchenberg

L’espace routier du quartier d’habitation des années 60 était aménagé pour la séparation du trafic, avec les problèmes qui en découlent. Pour des raisons financières, une toute nouvelle conception basée sur le principe de la mixité était impossible. C’est pourquoi, le maître d’ouvrage privé (Baugenossenschaft Hagenbrünneli) a misé sur un réaménagement modeste, simple et garantissant une bonne visibilité. Grâce à cela, le quartier est devenu plus agréable et plus sûr pour la mobilité douce. Le modèle est applicable à d’autres quartiers d’habitation construits ces dernières décennies et « conçus avant tout pour la voiture”. La zone de rencontre Lerchenberg a reçu un prix du Flâneur d’Or 2004.

L’espace routier du quartier d’habitation des années 60 était aménagé pour la séparation du trafic, avec les problèmes qui en découlent. Pour des raisons financières, une toute nouvelle conception basée sur le principe de la mixité était impossible. C’est pourquoi, le maître d’ouvrage privé (Baugenossenschaft Hagenbrünneli) a misé sur un réaménagement modeste, simple et garantissant une bonne visibilité. Grâce à cela, le quartier est devenu plus agréable et plus sûr pour la mobilité douce. Le modèle est applicable à d’autres quartiers d’habitation construits ces dernières décennies et « conçus avant tout pour la voiture”. La zone de rencontre Lerchenberg a reçu un prix du Flâneur d’Or 2004.



Top